dans :

Julie-Anne Pariseau

dans :

Julie-Anne Pariseau

conférence : Les ententes avec les premières nations

Julie-Anne Pariseau est avocate chez OKT- Olthuis, Kleer, Townshend LLP. Sa pratique consiste à conseiller les Premières Nations et les entreprises autochtones sur divers types de transactions commerciales. Cela comprend la négociation d’ententes sur les répercussions et les avantages (Impact and Benefit Agreement « IBA ») dans les secteurs des ressources naturelles. Mme Pariseau fait également du travail transactionnel découlant des partenariats créés avec les Premières Nations dans le secteur des énergies renouvelables et de l’électricité.

Avant de se joindre à OKT, elle a travaillé dans un cabinet d’avocats d’actions collectives à Montréal et, plus tard, en tant que conseillère juridique interne pour une entreprise canadienne d’énergie renouvelable. Au cours de cette période, elle a acquis une solide expertise en litige, en droit réglementaire, en matière de consultation publique ainsi qu’en droit de l’environnement.

Mme Pariseau a également développé, au cours des dernières années, sa pratique en matière de gestion d’obligations de conformité et de réglementation de grands projets d’énergie renouvelable en Amérique du Nord. Elle a aussi donné de l’essor à sa pratique en matière d’accompagnement et de conseils stratégiques lors de consultations publiques dans le cadre de processus d’évaluation environnementale de projets d’envergure, notamment dans le secteur de l’industrie extractive.

Mme Pariseau a reçu sa licence en droit de l’Université de Montréal en 2009. Elle a également récemment complété sa maitrise en droit à la Faculté de droit Osgoode Hall de l’Université York à Toronto. Elle a effectué sa thèse de maitrise sur le droit des communautés autochtones de fournir leur consentement libre, préalable et éclairé aux divers projets d’exploitation des ressources naturelles développés sur leur territoire.

Membre du Barreau du Québec depuis 2010, Julie-Anne est en train de compléter ses équivalences de common law afin de pratiquer dans le reste du Canada. Elle est francophone, mais parle couramment l’anglais et possède un niveau intermédiaire d’espagnol.

 

Retour aux articles